Sélectionner une page

A continuer la fête

Les étés sont si chauds 
Dans les quartiers d’en haut
Y’a pas d’ombres aux fenêtres

 Les barques défoncées
Aux pieds des escaliers
Ont des plaintes muettes

 Je suis seul à rester
Et le monde a sombré
C’est bien fini la fête

 

Je vide les frigos
Des maisons, des bistrots
Seul sur la planète

 Rejetée la jetée
Sans mer pour aborder
Et sans le cri des mouettes

 Je suis seul à aimer
Les dunes égarées
Autour de La Villette

 

Et je vis au hasard
Recherchant dans le noir
Des cachots des cachettes

 Dans les neiges d’antan
Les chansons de Bruant
Grattant des allumettes

 Je suis seul à rester
Vivant comme égaré
Sans permis sans adresse

 Personne dans les gares
Au train d’onze heures et quart
Au train de sept heures sept

 Et personne au café
Terrasses désertées
Pas la moindre binette

 Je suis seul à rester
Vivant bien décidé
A continuer la fête

 Enfin jusqu’à demain
Déjà je le sens bien
Ça va plus dans ma tête

 Je vous rejoints bientôt
Je glisse sur les eaux
Je tonne je tempête

 Je suis seul désolé
En cette éternité
Qu’on ait manqué la fête